Le musée du carnaval met le Monde à l'envers

Le musée du carnaval met le Monde à l'envers

05 Feb 2015
article de: 
.
Le Monde à l'Envers

Après le MuCEM, à Marseille, la formidable exposition Le Monde à l’Envers est à voir jusqu’au 28 juin au Musée international du Carnaval et du Masque de Binche (MUM), institution partenaire de Mons 2015.

Un parcours vivant à travers les parades d’Europe et du bassin méditerranéen qui mettent le monde sens dessus dessous.

Le Monde à l’Envers débute par un long couloir sombre. Le « tunnel du temps » est un espace de non-temps qui mène à des sonneurs de cloches. Ils produisent un vacarme à tout rompre, manière de célébrer la fête et de refonder le monde. Nous voilà transportés d’un coup au cœur d’une fête populaire. Des hommes costumés nous invitent à progresser, étapes par étapes, à travers le carnaval. Leur groupe associe les cloches qui tintinnabulent à la refondation du monde. Mais il existe plusieurs significations à cette fête quasiment universelle.

Les Galiciens, par exemple, s’emploient à séduire le printemps, les hommes-arbres, à convoquer des esprits de la végétation, les Malmédiens à utiliser la haguette, une branchette qui porte bonheur aux femmes, et la faucheuse qui célèbre la vie et le renouveau. Malgré leurs différences, ces rites semblent partager un lien de parenté. Après tout, ces tribus sont toutes issues du bassin européen ou du pourtour méditerranéen. Il est probable qu’elles partagent un fond commun, hérité des religions ou du paganisme qui ont existé en Europe.

Le pouvoir des masques

Un peu plus loin dans le cortège, des personnages masqués nous enjoignent de les rejoindre. Effrayants ou comiques, leurs masques se composent de différents matériaux : bois, carton, végétaux, cire, métal,… Dans un coin, ce qui semble être des Bulgares d’après leur accent jouent de façon amusante des épisodes de la vie d’un défunt. Plus loin, comédiens du théâtre antique et de la comedia dell’arte improvisent une saynète mélangeant leurs deux univers. Nous avançons à visage découvert dans un ersatz de bal masqué, un peu démuni. Sont-ils réels sous leur masque inquiétant ? Leur visage grotesque les révèlent-ils ou les dissimulent-ils ? Avec leur masque, impossible de lever l’ambiguïté.

 

 

La fête à l’envers

Nous tombons ensuite au beau milieu d’une foire aux stéréotypes. Comme l’incarnation des préjugés et des mauvais penchants des sociétés humaines. Volontairement exagérés pour mieux en rire. Les « sauvages » sont affublés de peau d’ours et de cornes, les Maures, bardés de sabres ; les gitans prennent des allures de sorciers… On voit aussi des personnages au corps grotesque, des géants et des femmes énormes. Tous incarnent notre peur de l’Autre, renversent les critères du bien et du beau. Et de rire de nous-mêmes, parce que nous sommes peu ou prou ce qu’ils représentent.

À la fin de notre voyage, les rires, les danses et les costumes font place à la réalité. Nous voilà revenus à l’entrée du MUM. Ce cortège que nous venons de traverser ne parle pas seulement du carnaval, mais des êtres humains qui l’incarnent en bouleversant les codes établis. La grande fête met ainsi à l’envers l’ordre des choses pour mieux le régénérer. À deux semaines du Carnaval, on en a déjà le rythme dans les jambes !

BENJAMIN DELAUTRE (St.)

 

Le Monde à l’Envers. Carnavals et mascarades d’Europe et de Méditerranée

Du 25.01.2015 au 28.06.2015 au MUM (Musée international du Carnaval et du Masque). Du mardi au vendredi de 9:30 à 17:00 et du samedi au dimanche de 10:30 à 17:00. Rue du Saint-Moustier, 10 – 7130 Binche. € 7,00 - € 8,00.