Van Gogh au Borinage : le retour du fils prodigue

Van Gogh au Borinage : le retour du fils prodigue

22 Jan 2015
article de: 
.

De la première esquisse aux premières toiles à l’inimitable style torturé, la grande exposition de Mons 2015 présente le génie de la peinture là où tout a commencé pour lui. Une approche inédite et quelque 70 toiles et dessins en provenance notamment des musées Van Gogh et Kröller Müller, et de collections internationales.

Ce nom résonne depuis plus de 135 ans à Mons et dans tout le Borinage, et pour cause ! C’est ici que Vincent van Gogh renonce à sa carrière d’évangéliste et décide de devenir artiste. Son passage dans le Borinage, de décembre 1878 à octobre 1880, changera définitivement le cours de sa vie. En 2015, la boucle est bouclée. Van Gogh revient sur les terres qui ont façonné l’artiste qu’il est devenu. L’exposition Van Gogh au Borinage. La naissance d’un artiste, présentée au BAM dès le 25 janvier, vous plonge au coeur de cette période charnière de la vie de Van Gogh, où il trouva les sources d’ins­piration qui nourriront l’ensemble de son oeuvre. Rencontre avec le commissaire de l’exposition et spécialiste international du peintre, Sjraar Van Heugten (photo ci-dessous).

ENTRETIEN - À Amsterdam

Sjaar Van Heugten, l’exposition aborde les prémices de l’oeuvre de Van Gogh. Comment avez-vous exploré cet angle original ?

L’exposition évoque les débuts de Van Gogh dans le Borinage et montre quelques-unes de ses toutes premières oeuvres réalisées dans la région. Celles-ci sont d’autant plus précieuses que Van Gogh lui-même en a détruit la plus grosse partie. En effet, même s’il était un travailleur acharné, un artiste auto­didacte qui lisait, dessinait et réalisait des copies par dizaines, ses débuts n’en restent pas moins quelque peu hasardeux. Le « Van Gogh du début » a une manière de dessiner assez brute, sombre, très expressive, mais absolu­ment pas moderne. Ce n’est que des années plus tard qu’il développera plei­nement son style. Nous n’aurions donc pas pu construire l’exposition unique­ment sur son travail de l’époque, faute de traces tangibles. Notre réflexion s’est donc davantage orientée sur cette question : « comment monter une expo­sition avec des oeuvres très rares ? »

Quel est l’influence de ce contexte borain sur son oeuvre ?

Lors de nos travaux de recherche pour préparer l’exposition, on s’est vite rendu compte que le Borinage a véritablement été le terreau de ses futures oeuvres. Les sujets qu’il a longuement peints et dessinés dans le Borinage le suivront tout au long de sa carrière. Les petites maisons de mineurs, la simplicité des gens plus modestes, la vie des pay­sans,... le captivent et ponctuent son travail. Et c’est cette continuité, cette constance qui est extraordinaire chez Van Gogh. Ce qui fait l’originalité et l’intérêt du propos de l’exposition, c’est aussi la confrontation entre ses pre­mières oeuvres réalisées au Borinage et celles peintes plus tard, où l’on retrouve ses sujets de prédilection, bercés par l’ambiance si particulière du Borinage de la fin du 19e siècle.
Je pense donc que notre ap­proche est très révélatrice des débuts de Van Gogh en tant que jeune artiste, de l’intellectuel qu’il était, tout en mon­trant combien l’homme était fidèle à ses idées. L’exposition va donner vie à tout cela et j’en suis très heureux. Travailler sur cette période très précoce, réfléchir sur ce qu’il faisait et pourquoi il le faisait, c’était grandiose.

Concrètement, qu’allons-nous voir au BAM de Mons ?

L’exposition comportera différentes par­ties. Pour commencer, nous exposerons quelques lettres qu’il a écrites lorsqu’il vivait dans le Borinage, mais aussi un peu plus tard à Bruxelles. Ces écrits nous livrent une perception de la vie qu’il menait alors, des difficultés auxquelles il a été confronté quand il a pris la déci­sion de changer de vie et de renoncer à sa carrière d’évangéliste. Cette première partie nous éclairera sur cette tranche de la vie de Van Gogh. Nous nous in­téresserons aussi à ses principales sources d’inspiration. Nous y retrouve­rons par exemple les maisons de cam­pagne si chères à Van Gogh, ainsi que les représentations de la vie modeste des habitants de la région. Nous verrons comment cela a jalonné l’ensemble de son oeuvre. Nous partirons ensuite à la rencontre des tisserands que Van Gogh a découverts sur sa route vers Nuenen, au Pays-Bas, quelques temps après son passage dans le Borinage. Ces ouvriers acharnés, plongés dans leurs métiers à tisser, le captivent et l’inspirent égale­ment beaucoup.

On dit qu’il copiait d’autres peintres...

Notre parcours se termine avec un fo­cus sur les travaux de Van Gogh au tout début de sa carrière, lorsque, tout jeune artiste, il reproduisait effectivement des impressions de peintres bien connus.
Notons par exemple Jean-François Mil­let, qu’il considérait comme son plus grand modèle. Ses premières copies étaient des dessins en noir et blanc et, de là, il réalisait ce qu’il appelait des « interprétations en couleur ». De cette époque, il ne reste qu’un seul dessin, qui fera justement partie de l’exposition. Ce qui est formidable avec le propos de cette exposition, c’est de pouvoir aussi y exposer les travaux réalisés plus tard. En effet, lorsqu’il était à Saint-Rémy-de-Provence, il se remit à réaliser des copies des grands peintres, et plus par­ticulièrement de Jean-François Millet, qu’il peignait cette fois. C’est donc sur ces oeuvres exceptionnelles que se clô­turera l’exposition.

PROPOS RECUEILLIS
PAR G. SIMONET, C. DUMOULIN ET X. FLAMENT

TRADUCTION : STÉPHANIE BAUWENS
INTERVIEW VIDÉO À VOIR SUR MONS2015.EU

Van Gogh au Borinage, la naissance d’un artiste.
Du 25.01.2015 au 17.05.2015 , de 10:00 à 18:00, au BAM (Beaux-Arts Mons). Fermé le lundi. Rue Neuve, 8, Mons. € 15,00 – € 12,00.
Programme pluridisciplinaire et familial autour de Van Gogh à découvrir sur mons2015.eu