« L’art contemporain n’est pas plus difficile à comprendre que le foot »

25 Nov 2015
article de: 
.

À Charleroi, le BPS22 a rouvert ses portes il y a un peu plus d’un mois. Musée d’envergure internationale, ce partenaire de Mons 2015 affiche clairement sa volonté de placer le visiteur au centre, quel qu’il soit.

À l’occasion des Mondes inversés, son exposition inaugurale, nous avons rencontré Pierre-Olivier Rollin, son commissaire et un directeur hors-normes pour un lieu atypique et attachant.

Installé dans une ancienne Université du Travail et dirigée par un ex-journaliste-éducateur de rue, le combat de l’accessibilité à la culture ne pouvait qu’être intrinsèque au projet du B.P.S.22 ? 

C’est surtout vrai pour un Musée de service public. Dans une société où les institutions publiques sont parfois discréditées et où le modèle privé est mis en évidence, les services publics doivent repenser leur singularité et, justement, accentuer leur dimension de « service » au « public ». Pour le musée : permettre un accès à la culture, former, éduquer, sensibiliser, faire découvrir... Pas accumuler les consommateurs. Une institution culturelle de service public doit se distinguer par la discursivité qu’elle produit et les instances de médiation qu’elle met en place pour accéder à ce discours.

Que dites-vous à ceux qui voient l’art contemporain comme élitiste ? 

Que c’est un discours souvent rabâché mais pas souvent réfléchi. L’art contemporain n’est pas plus élitiste que le cricket ou le snooker. Il faut simplement en connaître les règles. Moi qui suis un grand amateur de sport, quand je vais au stade, quand je lis un article ou quand je regarde une émission sportive, personne ne me réexplique les règles du football. On considère que c’est un acquis. C’est pareil pour l’art contemporain. Une fois qu’on en a accepté les règles, il n’est pas plus difficile à comprendre. Il n’est pas plus élitiste, nos prix ne sont pas plus élevés qu’un match de foot, loin de là. C’est notre mission de donner des clés pour que les visiteurs puissent apprécier l’oeuvre et se forger eux-mêmes leur propre opinion, en leur laissant la liberté d’aimer ou de ne pas aimer. 

Quelles sont les démarches faites au B.P.S.22 en ce sens ?

Notre grand week-end d’ouverture La Tête à l’Envers (gratuit) a vu plus de 2.500 personnes, dont de nombreux Carolos, franchir les portes du musée. Nous avons un large programme de visites libres ou guidées pour différents publics : appli smartphone, visite QR-code, visites guidées « coups de coeur », un livret « l’Art content pour rien » pour les réfractaires ou encore un « Petit guide de l’arpenteur » pour les visites parents-enfants... Nous proposons des performances, des journées de réflexion, des ateliers créatifs pour enfants ou pour adultes. Le B.P.S. dispose aussi d’un local ouvert aux comités de quartier et de deux locaux pédagogiques qui sont au pied des salles d’expo... Avoir accès physiquement facilement aux espaces de l’expo pour ces groupes, pour nous, c’est aussi important que le texte du curateur à l’entrée du musée. Nous tentons au maximum d’aller chercher le public qui ne vient pas forcément au musée, maisnous n’avons pas toujours les moyens de faire aboutir ce travail. Grand coeur mais petits moyens...

Les Mondes Inversés, Art contemporain et culture populaires, est aussi profondément connecté à l’homme de la rue, ses traditions, son quotidien, son histoire. Une expo en guise de signature pour le musée ? 

C’est une signature pour le musée dans le sens où on y parle d’utopies politiques et d’espoir. Il s’agit de montrer que les artistes se sont inspirés de la culture populaire pour proposer des alternatives aux modèles dominants. C’est la dimension subversive des cultures populaires qui m’intéresse.

Interview par Marie Godart, responsable des projets partenaires

26.09.15 > 31.01.16 – 11:00 > 19:00
Les Mondes Inversés, Art contemporain et cultures populaires, 40 artistes internationaux dont Paul McCarthy, Johan Muyle, Wim Delvoye, Marina Abramović, Marcel Berlanger, Jeremy Deller & Alan Kane, Jimmie Durham, Kendell Geers, Michel Gouéry, Tal Isaac Hadad, Carsten Höller, Mike Kelley, Gareth Kennedy, Emilio López-Menchero, Amy O'Neill, Grayson Perry, Javier Rodriguez, Edward Saïd & Joe Scanlan,Yinka Shonibare MBE... 
Boulevard Solvay, 22 – 6000 Charleroi. 
Infos : +32(0)71 27 29 71 – www.bps22.be.
€ 6,00 / € 4,00 / € 3,00 (gratuit -12 ans et les premiers mercredis du mois).