Roland de Lassus (1531, Mons - 1594, Munich)

UNE ÉTOILE MONTOISE DANS L’EUROPE DE LA RENAISSANCE

Tendez l’oreille et vous entendrez le poète Ronsard évoquer à travers les siècles le plus que divin Orlande ; le père de Galilée s’émerveillera encore d’Il mirabile Lassus et la Renaissance entière acclamera Le Prince des Musiciens. Ce Montois de naissance modeste, dont l’exceptionnelle voix de sopraniste attire les plus hauts dignitaires internationaux, est enlevé à l’église Saint-Nicolas en Havré par le vice-roi de Sicile, et débute une carrière musicale hors-norme à travers l’Europe. Invité par l’archevêque de Florence à Rome, il écrit des motets et des pièces liturgiques où résonnent villanelles et madrigaux polyphoniques. Séduisant dandy des cours étrangères, agent double et aventurier, Lassus est avant tout un compositeur d’une audacieuse modernité. Fantasque et rieur, il trousse prestement chansons à boire et couplets libertins, mais il émeut aussi par la grâce sublime et mélancolique de sa polyphonie, nourrie d’un fort tempérament religieux. A la fin de sa vie, maître de chapelle des Ducs de Bavière depuis plus de trente ans, Lassus aura écrit quelques 2300 pièces vocales dont 1572 religieuses et 765 profanes.