La Phrase 25/06/15

25 juin 2015
Portrait de Anouck
article de: 
.

ÉCRITURE DU JOUR :

1934-1938. Ainsi voici « Rupture », surréalistes singuliers, chimiste ou bibliothécaire ou instituteur, et en rupture. (Karelle Ménine)

1939-1946. Ainsi voici le « Groupe surréaliste en Hainaut ». Regroupement, renversement, engagement en poésie. (Karelle Ménine)

Je n’ai hélas pas connu ce peintre dont vous parlez, Monsieur, qui n’employait que des pinceaux lumineux. Mais vous êtes mon étoile de poche. (Karelle Ménine)

Un jour un instituteur constata qu’un de ses élèves ne pouvait plus articuler la 

lettre R. Il ne s’en serait pas autrement étonné si, le lendemain un autre élève n’avait pas été atteint du même phénomène. Chaque jour, un autre en fut victime, si bien que la classe toute entière oublia cette lettre, puis l’école, puis les enfants, puis les hommes et les femmes de la ville, puis ceux des environs jusqu’au jour où le pays tout entier et le monde impuissant virent disparaître une lettre de l’alphabet. Dans les imprimeries, les typographes détruisirent ce signe désormais incompréhensible dont la seule vue produisait un agacement dans les dents. Comme il fallait s’y attendre, d’aucuns déclamèrent avec suffisance que ce n’était pas la première fois qu’une lettre disparaissait de l’alphabet et qu’il n’y avait donc pas lieu de s’inquiéter outre mesure, mais quelques temps après, le même phénomène se produisit pour la lettre L. Cette fois, les autorités s’en inquiétèrent et l’on mit tout en œuvre pour tenter d’enrayer le mal. Peine inutile, les langues arrachées ne révélèrent aucun microbe à l’examen ni les cerveaux  une seule cellule atrophiée. Le bruit courut alors que cela s’arrêterait là …/… mais cette hypothèse fut bientôt controuvée par la disparition d’une nouvelle lettre, puis d’une autre, puis d’une cinquième … On assistait à la disparition mondiale de l’alphabet.  (Fernand Dumont, L’usage de la parole, 1940)