Saga Verlaine Épisode 6 : Somewhere over the "Rimbaud"

28 oct 2015
article de: 
.
Ernest Delahaye_003

Ernest Delahaye, Arthur Rimbaud dansant avec des femmes indigènes. Un missionnaire qui vient de Charleville. Dessin, 1876. H135 x L205mm. Ernest Delahaye, Lettre a Paul Verlaine [fragment], Rethel, juillet 1876.
Paris, BLJD, inv. 7203/188 (A.IV.10).

Les errrances de Rimbaud

Après la désastreuse « affaire de Bruxelles » et l’emprisonnement de Verlaine, Rimbaud quitte la ferme familiale de Roches. Il entame alors ses errances et devient le « voyageur toqué ». L’exilé quitte l’Allemagne, séjourne à Milan, se rend à Vienne, s’engage dans l’armée coloniale hollandaise puis déserte. Il revient parfois à Charleville mais repart aussitôt.

En 1879, il traîne encore quelques mois dans les Ardennes puis ne revient pas. Très vite, « l’absent » n’écrit plus qu’à sa famille. Des lettres sans poésie, sans allusion à sa vie passée. Mais on le devine dans des caricatures crayonnées par ses anciens amis restés à quai. Derniers témoignages d’affection, ils lui attribuent quantité d’aventures réelles ou imaginaires. Verlaine, Ernest Delahaye et Germain Nouveau prennent ainsi l’habitude de s’échanger des informations grapillées à droite et à gauche sur les tribulations de leur compère furtif. Leurs dessins drôles et burlesques mettent en scène un Arthur voyageur à longues jambes ou vautré contre des tonneaux entouré de cafards. Ils le voient aussi en roi des Cafres, trinquer avec un ours polaire sur le 70e parallèle ou dansant d’infernales bacchanales aux bras de femmes hottentotes. La réalité est moins épique. Rimbaud est devenu négociant.

Mons 2015 s'infiltre dans l'exposition Verlaine, Cellule 252 !

Suivez l'événement Facebook pour des anecdotes croustillantes, des vidéos : une véritable SAGA de l'expo ! (A découvrir dans son intégralité ici)