Mons 2015, Capitale Européenne de la Culture, un pari réussi, une formidable aventure artistique, culturelle et humaine à laquelle plus de 2 millions de visiteurs ont participé.
Pendant toute une année, la Capitale Européenne de la Culture a mis Mons et sa région à l’honneur en misant sur la créativité, le talent et le dynamisme de ses habitants et de ses artistes. Cette année exceptionnelle a amorcé une métamorphose profonde de la ville et des esprits qui a marqué l’ensemble du territoire régional voire national. Tout d’abord, l’événement a contribué à conférer à Mons une image de qualité, reflet de son sérieux, de ses ambitions et de sa réussite. L’événement a également ressuscité une grande fierté auprès des montois qui ont redécouvert leur capacités au travers de la culture qui a su les sublimer.

Mons 2015, des retombées économiques positives pour la région.
Ensuite, porter le titre prestigieux de Capitale Européenne de la Culture aura été un formidable levier de développement économique pour la région. En attirant de très nombreux touristes et visiteurs, Mons 2015 a dynamisé l’activité et positionné la ville à l’international, comme une destination attractive en Europe. Les études d’impact montrent qu’en 2015, Mons a bénéficié d’une fréquentation exceptionnelle et d’une notoriété internationale dont les nombreux partenaires ont profité. Mons 2015 a également rayonné sur l’ensemble de notre pays au travers de sa dynamique de collaboration avec les institutions culturelles et les villes partenaires un peu partout en Belgique.

Enfin, Mons 2015 a généré un nouvel appétit pour organiser des événements d’envergure au sein desquels la culture occupe une place prépondérante. Au-delà du succès auprès du public, une des réussites importantes de Mons 2015, a été d’ouvrir les portes d’un nouveau rapport à la culture, d’avoir esquissé d’autres formes de rencontres, d’autres rapports aux publics et d’avoir créé de nombreuses synergies. Forts de ce bilan, il nous paraissait fondamental de poursuivre l'élan et de maintenir l'éveil et la curiosité ressentis par les visiteurs et spectateurs durant cette année exceptionnelle. C’est pourquoi la Fondation, rebaptisée Fondation Mons 2025 à la sortie de 2015, propose de manière récurrente, tous les deux ans, un grand rendez-vous culturel fédérateur de dimension internationale dont la première édition s’est tenue en 2018. La seconde biennale quant à elle se tiendra à l'automne 2021.

HABITER LA VILLE, 1ERE BIENNALE A MONS, CAPITALE CULTURELLE

09/2018 > 06/2019
Dans le sillage du succès de Mons 2015, la Fondation Mons 2025, le Pôle muséal de la Ville et Mars – Mons arts de la scène vous ont invité à habiter la ville dans la fête, l’art ou la réflexion. La Biennale vous a emmené au coeur d’un programme dense et rassembleur avec, dans la ville et dans les lieux culturels montois, des expositions, du théâtre, de la danse, du cirque, de la musique, de la gastronomie, de l’entreprenariat. Sans oublier les commémorations de la Grande Guerre avec une ode à la paix et à la liberté. La Biennale a été organisée par une coopérative culturelle réunissant la Fondation Mons 2025, chargée d’orchestrer l’héritage de Mons 2015, le Pôle muséal de la Ville de Mons, qui a apporté son expertise dans le secteur des arts plastiques, et l’asbl Mars – Mons arts de la scène, pour les arts vivants. Cette tripartite a offert un caractère unique et original à la Biennale en permettant à chaque opérateur d'ajouter son savoir-faire dans ses domaines d'expertises

En permettant à un large public d’accéder à la culture locale, régionale, nationale et européenne, la Biennale a entendu
poursuivre la métamorphose de la ville autour des valeurs et de l’esprit qui ont fait le succès de Mons 2015 : humanité, créativité, exigences artistiques, grain de folie, ancrage et participation citoyenne.

REVELATION, 2E EDITION DE LA BIENNALE D’ART ET DE CULTURE DE LA FEDERATION WALLONIE-BRUXELLES  A MONS  10/2021 > 12/2021

Quand l’art agit comme un révélateur...
Avec cette nouvelle biennale à l’automne 2021, les opérateurs culturels de Mons poursuivent leur chemin d’expérimentation entamé depuis 2015 : défricher, tester de nouvelles propositions artistiques et de nouveaux formats de médiation qui répondent aux enjeux culturels d’aujourd’hui et explorer les questionnements actuels de notre société. En 2018, sous l’impulsion de l’œuvre de Niki de Saint-Phalle, la première Biennale « Habiter la ville » prenait comme matériau de travail l’espace urbain, nous invitant à le repenser non plus comme un lieu de passage et de consommation mais comme un espace de « vivre et de faire ensemble ».
Cet automne, c’est le peintre et sculpteur colombien Fernando Botero qui inspire nos pérégrinations.

S’appuyant sur des projets « situés », profondément ancrés dans le territoire, cette deuxième Biennale propose un voyage au cours duquel la culture ouvre une voie d’exploration et agit comme un « révélateur » qui permet de découvrir ces racines qui nourrissent nos imaginaires collectifs et de créer les conditions d’émergence de nouveaux possibles.
Révéler des nouveaux possibles grâce à un espace-temps inédit : LA NUIT
Déplaçons nos regards, changeons de perspectives... La biennale choisit d’investir la Nuit comme espace de libertés et comme révélateur de possibles. Elle invite à se placer là où tout bascule, à explorer l’envers du miroir, à rencontrer les ombres et les aspérités de nos quartiers, à les découvrir comme nous ne les avons jamais vus...

Avec sa programmation nocturne, la biennale propose des temps de surprise et des zones de frictions. Elle provoque des rencontres-étincelles qui, tantôt par leur simplicité, tantôt par leur improbabilité, font naître de nouveaux possibles.
Révéler ce qui nous relie : le Grand Huit, projet de territoire
Et si nous révélions nos liens ?
En 2021, ce nouveau voyage se veut surtout une aventure humaine. Plus que jamais dans le contexte actuel, la culture doit être un moteur qui facilite les liens. Continuer de créer de vrais espaces de rencontres : entre voisins, entre montois, entre wallons, belges, européens, mais surtout entre vivants. Se reconnecter, réveiller ce qui nous relie et renforcer ces énergies pour provoquer de nouvelles idées, de nouveaux projets et de nouveaux récits. L'aventure du Grand Huit place la participation et l’émergence citoyenne au coeur de ses propositions. Cette année, le thème de "La Nature" au sens large a été choisi pour inviter à étendre ces connexions à l’ensemble du vivant